Tous concernés

Faire des économies d’eau est un enjeu vital de développement durable, afin de ne pas épuiser les ressources en eau, d’en garantir la qualité et d’envisager la pérennité de la ressource.

Avoir un comportement écocitoyen, c’est prendre conscience des conséquences de nos actions et changer nos habitudes.

  • C’est d’abord prendre conscience que notre mode de vie à un impact sur notre environnement,
  • C’est adopter des gestes simples au quotidien pour améliorer notre environnement.

Ces gestes banals de la vie de tous les jours, vont intégrer les valeurs du développement durable dont la protection de l’environnement.

Ces « écogestes », en matière de gestion de la ressource en eau, nous pouvons les faire à différents moments de la journée : en se lavant, en jardinant, … Ce sont des gestes faciles et à la portée de tous.

En réduisant la consommation d’eau, nous diminuons les besoins en matière de traitement de l’eau et permet donc de limiter la construction de nouveaux ouvrages de captage, d’épuration et de distribution. Un accroissement de la consommation nous pousserait à aller chercher des ressources de moins bonne qualité et nécessiterait des infrastructures coûteuses.

L’eau à la maison en quelques chiffres :

  • Douche : 30 à 60 litres
  • Bain : 150 à 200 litres
  • Lave-vaisselle : 10 à 30 litres
  • Lave-linge : 60 litres
  • Chasse d’eau : 6 à 12 litres
  • 93% de l’eau consommée est utilisée pour l’hygiène corporelle, les sanitaires, l’entretien de l’habitat et les tâches ménagères
  • 7% de l’eau consommée est utilisée pour la boisson et la préparation des repas.

Astuces pour économiser l’eau

Les acteurs et leurs outils de gestion

L’Europe

La gestion durable de l’eau en Europe repose sur des textes européens centralisés dans la Directive Cadre Européenne sur l’Eau (DCE). Cette DCE impose aux Etats membres l’atteinte du bon état de leurs eaux, évalué en fonction de la qualité chimique et écologique (morphologique, physique, faune…).

L’État

En France, la DCE a été transposée le 30 décembre 2006 par la loi sur L’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA). Pour appliquer cette loi, des outils ont été mis en place. Ceux-ci se basent sur le découpage du territoire en Bassins hydrographiques.

Le Comité de bassin, le SDAGE et les SAGE

Chacun des 6 bassins hydrographiques français comprend son propre comité qui est chargé de mettre en place un outil de planification appelé SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux), qui réglemente la gestion et la répartition de l’eau entre les différents usagers. Nous sommes dans le Bassin Loire Bretagne.

Afin d’adapter cette gestion aux spécificités locales et d’y impliquer les acteurs locaux, un autre outil de planification appelé SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) peut être mis en place sur un périmètre hydrographique cohérent. Celui-ci fixe ainsi des objectifs en rapport avec le territoire concerné (les différents usages, la sensibilisation du public, la protection quantitative et qualitative de la ressource en eau…). Nous sommes concernés par 2 SAGE : le Sage Allier Aval et le SAGE de la Dore.

Les Contrats territoriaux

Alors que les SAGE sont des documents de planification qui fixent des objectifs du territoire, les Contrats territoriaux sont eux un outil opérationnel, qui permet d’intervenir sur le terrain dans le cadre d’un programme d’actions signé par les différents partenaires et acteurs locaux. Nous sommes concernés par le contrat territorial de l’Aire de Protection du puit de Vinzelles.

Voir Nos engagements.

Les acteurs locaux de la gestion de l’eau

Les collectivités locales (communes ou groupements de communes) sont responsables de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement des eaux usées.

Elles sont en charge des services publics correspondants : le service d’eau potable, le service d’assainissement collectif et le service d’assainissement non collectif.

Acteurs locaux de l’eau potable :

Depuis le 1er janvier 2019, la Communauté de Commune Entre Dore et Allier possède la compétence « eau potable ». La gestion de cette compétence a été déléguée à notre SIAEP comptant fort justement sur la compétence et l’expérience de sa structure et de ses agents.

La commune de Charnat a également délégué cette compétence « eau potable » à notre syndicat.

Acteurs locaux de l’assainissement :

Les 8 communes gèrent encore pour quelques années leur service d’assainissement collectif lorsqu’il existe sur la commune.

La compétence « assainissement non-collectif » est confiée au SPANC de la CCEDA pour 7 communes de notre territoire et au SPANC du syndicat Rive Droite de la Dore pour la commune de Charnat. Le SPANC est un service public d’assainissement non-collectif chargé du contrôle de tous les systèmes d’assainissement effectuant la collecte, le traitement, l’épuration, l’infiltration ou le rejet des eaux usées domestiques des habitations non raccordées au réseau d’assainissement collectif